Outils pour utilisateurs

Outils du site


projets:graisseur_moto:dossier

Analyse fonctionnelle et AMDEC

Introduction

Les motards ont et auront toujours la nécessité de lubrifier la chaîne de leur moto, qu'il s'agisse d'une 125 cm3 ou d'un hyper-sportive 1000 cm3, (presque) personne n'y échappe ! Cette nécessité se traduit souvent en corvée; la graisse sur les mains (et sur la jante). Le graissage régulier et après chaque sortie sous la pluie.

Et pourtant un kit chaîne bien graissé s'usera moins vite et on peut facilement doubler la durée de vie de celui-ci !

De plus en plus de systèmes de lubrification automatique apparaissent dans le commerce. On remarque que les prix dépassent souvent les 100€. Mon objectif est de proposer un (voir plusieurs) graisseur automatique à un prix très contenu, dans l'esprit Do It Yourself.

Je ferai ici une analyse technique (méthode APTE) et j'analyserai les modes de défaillances possible d'un tel système.

Bête à cornes

Expression du besoin

Les motards veulent un système de lubrification automatique pour éviter : Le graissage manuel La perte de temps La graisse sur les mains Les oublis de graissage

Ce qu'ils attendent du système :

  • Un prix convenable (<100€)
  • Un montage rapide, sans outils
  • Une autonomie supérieure à 1000 km

Cahier des charges fonctionnel

FP1 : Assurer la bonne lubrification de la chaîne
FP2 : Allonger la durée de vie du kit chaîne
FP3 : Diminuer la fréquence de réglage de la chaîne
FP4 : Assurer un montage rapide et sans outils du système
FP5 : Assurer le réglage du débit de lubrifiant

FC1 : Conserver l'état du kit chaîne
FC2 : S'adapter au cadre de la moto
FC3 : Conserver la propreté de la jante arrière
FC4 : Critères qualité
FC5 : Résister à l'environnement

Le tableau qui suit exprime la caractérisation des fonctions de service.

Flexibilités : FC0 : Aucune FC1 : Faible FC2 : Moyenne

FP4 (F1) : Pour le montage, on pourra accepter jusqu'à deux outils \\(répandus/peu chers) et un temps de montage allant jusqu'à une heure.
FC2 (F1) : On pourra se limiter au modèles les plus vendus (Z750; ER6; XJ6).
FC3 (F2) : Pendant le réglage du système on pourra tolérer des projections sur la jante.
FC4 (F1) : Le système pourra s'encrasser voir ne plus fonctionner momentanément.
FC5 (F1) : Le système ne pourra pas être immergé, ne résistera pas forcément à une chute de la moto. Il pourrait ne pas fonctionner au températures basses (<8°C).

Diagnostic de valeurs

On constate parmi les dispositifs du commerce qu'ils remplissent beaucoup des fonctions énoncées précédemment, on s’intéressera à celles non respectées : Le prix, trop élevé pour la plupart des utilisateurs. La mise en place du système est parfois trop longue et dans les pire des cas elle nécessite de percer sur la moto.

Diagramme FAST

Traduction des fonctions de services en fonctions techniques par la Function Analysis System Technique.

On retiendra une lubrification à l'huile, plus visqueuse et donc plus facile à faire circuler. L'huile à l'avantage de pénétrer plus facilement dans les maillons de la chaîne mais elle possède une résistance moindre aux intempéries.

Recherche de solutions

Expression du besoin : Satisfaire toutes les fonctions principales du graisseur en tenant compte des fonctions contraintes.

Stockage huile : Un réservoir semble être la seule solution pour stocker l'huile à distribuer. On pourra récupérer des réservoirs de tout types en plastique.

Déposer l'huile sur la chaîne : Un tuyau semble être la seule solution pour amener de façon précise (et proche) l'huile sur la chaîne. Des tuyaux de type perfusion peuvent être récupérés.

Réglage du débit : Électronique: Plus précis, moins facile à mettre en œuvre et plus cher. Un Arduino semble convenir au réglage du débit étant donné le prix des cartes. Mécanique pur : Robinet peu précis, pas facilement réglable et obligation de mise en marche/arrêt à la main.

Amener de l'huile en toutes condition : Quel que soit l'état de la moto il faut amener l'huile. La moto peut accélérer, freiner et être penchée.

Il est nécessaire de créer une dépression en sortie du système, ou un pression en amont. On peut créer une pression grâce à un ressort, un vérin. Une dépression avec une pompe.

Ouverture / fermeture de l'écoulement : Lorsque la moto est garée, le système doit être inactif et ne pas laisser couler d'huile. On utilisera une électrovanne ou un équivalent en complément avec l'Arduino.

Réglage du débit : On réglera le débit grâce à une LED et un bouton. Chaque appui sur le bouton augmentera le temps de cycle, jusqu'à revenir jusqu'à la plus petite valeur. Un mode continu (appui continu sur le bouton) est disponible pour purger le système.

Fixation du système : Le système devra se présenter sous la forme d'un boîtier fermé, qu'on fixera au cadre par deux colliers de serrage en plastique du type «Ty-Rap» par exemple.

AMDEC

L'Analyse des Modes de Défaillances, de leurs Effets et leur Criticité à pour but d'évaluer dans quelle mesure le système peut être amené à ne plus remplir ses fonctions.

On ne cherche pas ici à réaliser un AMDEC exhaustif mais seulement à se donner une idées de problèmes pouvant arriver pour aider à la conception. Il est indispensable de revenir sur les problèmes d'utilisations après essai du système.

Gravité 0 : aucune importance - 2 : pénalise le produit. 4 : produit inutile - 10 : Mise en danger d'humain.

projets/graisseur_moto/dossier.txt · Dernière modification: 2017/03/19 14:56 (modification externe)